Moar link.

Le NAS dont je vous entretenais recemment, comme un bon NAS qu’il est, effectue beaucoup de traffic sur le réseau privé d’hébergement. Il sert et il leeche à tout va; Or, ce gentil petit équipement est muni de deux cartes réseau Gigabit, et a la bonne idée d'être branché sur un switch lui aussi Gigabit… hmmm… et si ?

Et si.

Le switch en question ET l’OS en question, OpenSolaris, implémentent le protocole LACP (Link Aggregation Control Protocol), ou 802.3ad.

Ce protocole permet :

  • d’augmenter la capacité du lien
  • le failover
  • le load balancing Il serait dommage de s’en priver.

Coté Solaris, on désactive nwam (j’aime pas les trucs “automagic”) et on prépare l’interface d’aggregation :

On unplumb les deux interfaces réseau :

ifconfig igb0 unplumb

ifconfig igb1 unplumb

ifconfig -a # verification que les interfaces sont bien descendues

lo0: flags=2001000849<up ,LOOPBACK,RUNNING,MULTICAST,IPv4,VIRTUAL> mtu 8232 index 1 inet 127.0.0.1 netmask ff000000 lo0: flags=2002000849<up ,LOOPBACK,RUNNING,MULTICAST,IPv6,VIRTUAL> mtu 8252 index 1 inet6 ::1/128 Puis on crée l’interface aggrégée à l’aide de dladm :

Ça a l’air pas mal.

Coté switch maintenant. On déclare un lien EtherChannel (qui supporte le protocole LACP) auquel on affecte un identifiant :

Puis on “attache” les ports 1 et 2 du switch à ce lien aggrégé :

C’est tout.

L’interface EtherChannel ainsi configurée est manipulable comme un port classique du switch, on peut donc par exemple l’affecter à un VLAN de cette façon :

C’est prêêêt !

Vous pouvez désormais épater vos amis en débranchant l’un ou l’autre des RJ45 alors que vous sauvegardez des documentations multimedia à haute teneur informatives.