Asterisk et NetBSD, une affaire qui roule

Contre toute attente, la migration de mon IPBX perso a été parfaitement sans douleur. Après l’installation de la toute dernière version d'Asterisk sur mon domU NetBSD à l’aide de pkgin (puisqu’aucune option particulière ne m’était nécessaire), je me suis souvenu d’un article que j’avais initialement écrit sur le site Freephonie.org, dans lequel j’expliquais les diverses manipulations pour monter un Asterisk fonctionnel derrière du NAT. Comme souvent, l’article a été peaufiné par quelques contributeurs, et son contenu est tout à fait valide pour la configuration d’un Asterisk 1.6.

Ainsi, mon dom0 GNU/Linux possède les règles suivantes :

Sur le domU en question, ma configuration n’a guère changé, si ce n’est que j’ai réduit le pool de ports RTP dans le fichier rtp.conf :

Le reste de la configuration est strictement identique à la documentation visible sur Freephonie.org. Notez qu’afin de pouvoir débugger tranquillement avec votre utilisateur, grace à la commande asterisk -r, et pour pouvoir éditer les fichiers de configuration d’Asterisk sans peine, pensez à vous ajouter au groupe “asterisk”, autoriser l’ecriture pour le groupe dans /usr/pkg/etc/asterisk, et modifier les champs suivants dans le fichier asterisk.conf :

Et enfin: “Allo Bob ? c’est Paul !”